fbpx
Get Help

Call the Lung Health Line

1-888-344-5864

Our certified respiratory
educators are ready to take your questions
(M-F 8:30am-4:30pm)

Un nouveau rapport souligne les lacunes dans les connaissances sur la MPOC – une maladie qui touche un million de Canadiens sans même qu’ils ne le sachent

Oct 28, 2019

Le rapport de l’Association pulmonaire de l’Ontario intitulé Aidons le million manquant vise à améliorer le diagnostic et le traitement de la MPOC au Canada.

 

Toronto (Ontario), le 28 octobre 2019 – Un rapport national intitulé Aidons le million manquant publié aujourd’hui par l’Association pulmonaire de l’Ontario révèle des lacunes importantes dans les connaissances en matière de diagnostic et de traitement de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC)[1]. Le nombre de personnes ayant reçu un diagnostic de la maladie s’élève à deux millions[2], mais pas moins d’un million de personnes supplémentaires pourraient en être atteintes sans le savoir[3].

Dans un sondage mené auprès de personnes atteintes de la MPOC, plus de la moitié des personnes interrogées (56 %) ne savaient pas ce qu’était la MPOC avant d’avoir reçu leur diagnostic[iv]. Parmi les personnes ayant eu au moins un symptôme, 35 % n’ont pas parlé du problème à leur médecin[v], tandis que 65 % des patients ont subi des symptômes durant un an avant de recevoir un diagnostic[vi].

« J’avais très peu de connaissances sur la MPOC au début de mon parcours, ce qui a créé des difficultés au moment d’établir le diagnostic et de déterminer le traitement approprié », explique Barbara Moore, qui a reçu un diagnostic de la maladie en 2015. « Il est très important que les personnes à risque s’informent, connaissent les symptômes et travaillent en étroite collaboration avec leur équipe de soins de santé de manière à ce qu’elles puissent recevoir un diagnostic juste et un traitement adéquat aussi rapidement que possible. »

Selon le rapport, il est nécessaire d’accroître les connaissances et d’améliorer la collaboration entre les patients et les fournisseurs de soins de santé pour permettre de poser rapidement un diagnostic et de fournir le traitement optimal fondé sur les lignes directrices, ce qui permettra d’obtenir de meilleurs résultats et d’atténuer le fardeau sur le système de soins de santé[vii].

« Aidons le million manquant nous permet de mieux comprendre les facteurs particuliers qui empêchent les personnes atteintes de MPOC de recevoir un diagnostic et un traitement appropriés », a déclaré George Habib, président et chef de la direction de l’Association pulmonaire de l’Ontario. « Cette compréhension nous aidera à collaborer avec les patients et les prestataires de soins de santé pour améliorer les connaissances, la collaboration et, en fin de compte, pour obtenir de meilleurs résultats pour les patients. »

Aidons le million manquant : rapport

En vue d’améliorer la capacité des fournisseurs de soins de santé à poser un diagnostic de MPOC et à traiter la maladie, le rapport présente un certain nombre d’occasions et de recommandations, qui concernent notamment l’orientation des patients vers des spécialistes et l’amélioration de l’accès à la spirométrie, qui constitue le test de référence pour le diagnostic de la MPOC[viii]. De plus, les personnes atteintes de MPOC pourraient également bénéficier d’une meilleure couverture d’assurance-médicaments, d’une utilisation accrue des programmes de soutien et d’une plus grande connaissance de ces derniers, ainsi que d’une approche multidisciplinaire en matière de soins[ix].

« En mettant en lumière les obstacles particuliers auxquels nous sommes confrontés au moment de poser un diagnostic de la maladie, nous pouvons mieux comprendre comment relever les défis pour le bien de nos patients », explique la Dre Andrea Gershon, pneumologue et scientifique en sciences d’évaluation clinique au Sunnybrook Research Institute. « Un accès accru aux tests de spirométrie et l’orientation d’un plus grand nombre de patients vers des spécialistes permettront d’augmenter la vitesse à laquelle nous pourrons poser un diagnostic de MPOC et donc traiter la maladie. »

Le rapport préconise également une meilleure compréhension des lignes directrices en matière de traitement. Il a révélé que seulement 12 % des médecins généralistes et 21 % des spécialistes suivent systématiquement les lignes directrices de la Société canadienne de thoracologie pour le traitement de la MPOC[x]. Les données des médecins et les tendances pharmacologiques révèlent une surutilisation de corticostéroïdes inhalés[xi][xii][xiii], qui ne correspond pas à l’utilisation recommandée par les lignes directrices et comporte un risque d’effets secondaires évitables[xiv].

« Ce rapport est axé sur la satisfaction des besoins des patients et pourrait avoir une incidence importante sur plus de deux millions de Canadiens atteints de MPOC », a déclaré Andrea Sambati, présidente et chef de la direction de Boehringer Ingelheim (Canada) Ltée. « Boehringer Ingelheim est fière de s’associer à l’Association pulmonaire dans le cadre de cette initiative. Ce rapport a permis de mettre au jour des problèmes particuliers en lien avec le diagnostic et le traitement de la MPOC, qui peuvent être surmontés afin d’améliorer les résultats pour les patients canadiens. »

Les Canadiens sont encouragés à visiter le site www.lungontario.ca/millionmanquant pour en apprendre davantage sur la MPOC et sur les moyens de collaborer avec leur médecin pour obtenir un diagnostic et un traitement appropriés.

À propos du rapport sur la MPOC Aidons le million manquant

Les résultats du rapport reposent sur deux sondages Léger : l’un réalisé auprès de Canadiens atteints de MPOC et l’autre auprès de médecins. Le sondage auprès des patients visait 1 102 patients et a été réalisé entre le 2 octobre et le 6 novembre 2018, avec une marge d’erreur d’environ 3,0 %[xv]. Le sondage mené auprès des médecins comprenait 250 médecins et a été réalisé entre le 30 octobre et le 5 novembre 2018, avec une marge d’erreur d’environ 6,2 %[xvi].

Cette campagne de sensibilisation et d’information axée sur les patients et les professionnels de la santé canadiens a été rendue possible grâce à un partenariat avec Boehringer Ingelheim (Canada) Ltée.

À propos de la MPOC

La MPOC est une maladie pulmonaire qui comprend la bronchite chronique et l’emphysème. Dans la MPOC, les voies respiratoires d’une personne sont obstruées ou bloquées, rendant la respiration difficile[xvii]. Les symptômes de la MPOC comprennent une toux persistante (parfois confondue avec une toux de fumeur), l’essoufflement (dyspnée), une sensation de serrement à la poitrine, ou une respiration sifflante ou accompagnée de couinements[xviii].Elle est le plus souvent diagnostiquée chez les personnes de plus de 35 ans[xix].

Une personne atteinte de MPOC peut ne pas se rendre compte qu’elle est essoufflée fréquemment jusqu’à ce qu’elle ait de la difficulté à effectuer des activités banales, telles que monter les escaliers[xx]. Souvent, les personnes atteintes de MPOC ont aussi une autre maladie, comme une maladie cardiovasculaire, une maladie mentale, une maladie musculo-squelettique, un cancer ou le diabète[xxi].

Le tabagisme est une cause majeure de MPOC, mais cette dernière est aussi associée à d’autres facteurs tels qu’un faible poids à la naissance, des infections pulmonaires ou de l’asthme durant l’enfance, des prédispositions génétiques, ainsi que l’exposition à des poussières et des produits chimiques en milieu professionnel, à la fumée secondaire ou à la fumée de bois et d’autres biocombustibles utilisés dans le cadre de la cuisson d’aliments[xxii].

À propos de l’Association pulmonaire de l’Ontario

L’Association pulmonaire de l’Ontario est le principal organisme au Canada voué à la promotion de la santé pulmonaire ainsi qu’à la prévention et à la prise en charge des maladies pulmonaires. Elle accomplit ceci en finançant des recherches essentielles et en trouvant des moyens novateurs d’aider les gens dans la gestion de leur santé. Le rôle de l’Association pulmonaire est d’améliorer la santé respiratoire et la qualité de vie en général grâce à des programmes, de l’information, de la recherche, de la formation ainsi que des traitements et la prévention des maladies pulmonaires.

Pour en apprendre davantage sur l’Association pulmonaire de l’Ontario, visitez le site https://www.lungontario.ca/.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Monica Kocsmaros

Association pulmonaire de l’Ontario

mkocsmaros@lungontario.ca

647 293-9911

 

Anne Edimo

Edelman

anne.edimo@edelman.com

514 315-1965

[1] Aidons le million manquant – rapport sur la MPOC. L’Association pulmonaire. (2019). En ligne : www.lungontario.ca/millionmanquant.

[2] Agence de la santé publique du Canada. (2018). Rapport du système canadien de surveillance des maladies chroniques : L’asthme et la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) au Canada, 2018 https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/maladies-et-affections/asthme-maladie-pulmonaire-obstructive-chronique-canada-2018.html

[3] Société canadienne de thoracologie. (2010). Le fardeau humain et financier de la MPOC : une des principales causes d’hospitalisation au Canada https://www.poumon.ca/file/365/download?token=73CcF_Fw

[iv] Résultats d’un sondage sur la MPOC, Léger, 2018.

[v] Résultats d’un sondage sur la MPOC, Léger, 2018.

[vi] Résultats d’un sondage sur la MPOC, Léger, 2018.

[vii] Aidons le million manquant – rapport sur la MPOC. L’Association pulmonaire. (2019). En ligne : www.lungontario.ca/millionmanquant.

[viii] Aidons le million manquant – rapport sur la MPOC. L’Association pulmonaire. (2019). En ligne : www.lungontario.ca/millionmanquant.

[ix] Aidons le million manquant – rapport sur la MPOC. L’Association pulmonaire. (2019). En ligne : www.lungontario.ca/millionmanquant.

[x] Résultats d’un sondage sur la MPOC auprès de médecins, Léger, 2018.

[xi] Résultats d’un sondage sur la MPOC auprès de médecins, Léger, 2018.

[xii] Suissa, S. Trends of Phamacologic Therapies for Patients with COPD in Quebec. (2018).

[xiii] Tran, DT. Temporal Trends of Pharmacologic Therapies for Patients with Chronic Obstructive Pulmonary Disease in Alberta, Canada. (2018).

[xiv] Tariq SM, Thomas EC. Maintenance therapy in COPD: time to phase out ICS and switch to the new LAMA/LABA inhalers? Int J Chron Obstruct Pulmon Dis. 2017; 12:1877–1882. Publié le 23 juin 2017. doi : 10.2147/COPD.S138006. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5491575/

[xv] Résultats d’un sondage sur la MPOC, Léger, 2018.

[xvi] Résultats d’un sondage sur la MPOC auprès de médecins, Léger, 2018.

[xvii] L’Association pulmonaire de l’Ontario (2019). COPD. https://lungontario.ca/disease/copd

[xviii] L’Association pulmonaire de l’Ontario (2019). COPD. https://lungontario.ca/disease/copd

[xix] L’Association pulmonaire de l’Ontario (2019). COPD. https://lungontario.ca/disease/copd

[xx] L’Association pulmonaire de l’Ontario (2019). COPD. https://lungontario.ca/disease/copd

[xxi] L’Association pulmonaire de l’Ontario (2019). COPD. https://lungontario.ca/disease/copd

[xxii] L’Association pulmonaire de l’Ontario (2019). COPD. https://lungontario.ca/disease/copd